11 août 2020

Décryptage d’un enjeu écologique majeur : la biodiversité

Mais qu’est-ce que la biodiversité ?

D’après l’inventeur de son nom, le scientifique américain Edward Wilson, la biodiversité est l’ensemble de toutes les diverses formes du vivant et leurs interactions entre-elles et avec leur milieu.
La vie est apparue sur terre il y a 4 millions d’années dans un milieu aquatique et son évolution n’a pas cessé de se poursuivre dans les milieux biologiques. La biodiversité représente tous les êtres vivants, de toutes les espèces : humaines, animales, végétales, micro-organiques ainsi que le milieu de vie où ils évoluent.

    L’homme fait partie intégrante de la biodiversité et dans ses trois dimensions :

  • Écologique, les diverses espèces cohabitent dans les différents milieux naturels
  • Génétique, pour chacune des espèces, il existe une diversité apportée par les gènes qui différencie les identités
  • Spécifique, les espèces sont passées d’une forme microscopique originelle à des êtres vivants de plus en plus complexes et diversifiés

    2. Concrètement, que représente la biodiversité ?

    La biodiversité n’est pas seulement un concept scientifique réservé à l’étude des spécialistes, c’est surtout une réalité concrète qui nous concerne tous :

    • Par ses valeurs morales, culturelles et esthétiques
    • Par ses productions nécessaires à la vie
    • Par le maintien des équilibres naturels

    Le rôle indispensable de la biodiversité est de plus en plus menacé par les activités humaines aux répercussions dangereuses sur l’équilibre des écosystèmes :

    • Pollution de l’air, de l’eau, des paysages
    • Pillage des réserves naturelles
    • Destruction des milieux et des espèces

    3. Et qu’est-ce que les écosystèmes ?

    Les écosystèmes sont des milieux naturels où évoluent tous les organismes vivants. Ils fournissent l’oxygène, essentiel à la vie et produisent de la matière organique par photosynthèse. On leur doit de nombreux bienfaits quantifiés sous forme de services :

    • Production de nourritures, d’eau, de matières premières
    • Régulation des incidences climatiques (inondations, maladies contagieuses)
    • Services culturels par la richesse infinie de la nature sous toutes ses formes (ontogénie)
    • Services de soutien par le maintien des conditions favorables à la vie sur terre

    Tous ces services pour le bien-être de l’humanité sont prodigués naturellement par la biodiversité des écosystèmes et il est important pour cela que les ressources biologiques soient respectées.
    Un écosystème est sain lorsque tous ses composants sont en équilibre.

    4. Quelles menaces pour l’équilibre biologique ?

    Les variations climatiques perturbent l’équilibre biologique (tempêtes, inondations, incendies). Cependant, ce sont les activités humaines qui ont les plus fortes répercussions :

    • La pollution par les déchets de toutes sortes
    • Le gaspillage sans vergogne des ressources

    Chaque être vivant appartient à un écosystème où il s’est adapté, son existence dépend des interactions entre les autres organismes vivants et l’environnement. Les espèces résistantes vont s’approprier ce milieu au dépend des plus fragiles, contraintes à disparaître. Chaque disparition provoque une réaction en chaîne qui entraîne d’autres disparitions. En prendre conscience est capitale pour la survie de la planète.

    5. Sauvegarder la biodiversité

    Sauvegarder la vie, notre vie. Lorsqu’une espèce disparaît, c’est tout un processus d’évolution qui disparaît avec elle. Le Sommet de la Terre à Rio ,en 1992, a permis aux dirigeants mondiaux de prendre conscience de l’importance d’une action commune en faveur de l’environnement et du développement. Pour la première fois, une convention a été signée pour la protection de la diversité biologique, plus de 180 états membres ont adhéré aux objectifs :

    • Conserver la diversité biologique
    • L’utiliser de façon durable
    • En partager les avantages équitablement entre les peuples

    Pour la première fois, la conservation de la biodiversité est reconnue comme une responsabilité commune à l’humanité en tant qu’élément essentiel de l’évolution. Dix ans plus tard, en 2002, le Sommet Mondial sur le développement durable a renforcé les objectifs de lutte contre la dégradation de la biodiversité afin de la stopper d’ici 2010…

    En 2006, l’ONU décida de déclarer 2010 : « Année Internationale de la Biodiversité ». Cette initiative voulait surtout responsabiliser les états et les convaincre d’entreprendre des actions efficaces au niveau international, national, régional et local.

    En 2007, le premier Grenelle de l’Environnement élabore des propositions en faveur de l’écologie, du développement et de l’aménagement durable d’où découleront les « lois Grenelle ».

    En 2010, le Grenelle II promulgue les lois du Grenelle I pour la poursuite des engagement sur l’urbanisme, les transports, l’énergie, la biodiversité, la santé, la pollution… La Conférence française pour la Biodiversité réunit les 400 partenaires de projets à Chamonix pour relancer de nouvelles stratégies :

    • Exploiter durablement les ressources renouvelables
    • Mieux agir contre les espèces envahissantes
    • Œuvrer pour la diversité et la qualité des habitats
    • Réduire les pollutions et leurs impacts sur la biodiversité

    Aujourd’hui, tous les états sont conscients de l’importance vitale de la biodiversité, sa sauvegarde implique la persévérance de chacun dans la mise en pratique des engagements communs à tous.

    6. Biodiversité, quelques livres

    • « La biodiversité c’est la vie » de D. Cheissoux et F. Dennez, aux Editions Hoëbeke et Deyrolles pour l’Avenir, un livre pour expliquer la biodiversité aux enfants et les responsabiliser à leur rôle de citoyens du monde : .
    • « Construire la biodiversité » par Julie Labatut aux Editions Presse de l’École des Mines de Paris.